La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Introduction

Posté le 21/05/2017

Paraphrénie : Maladie mentale ou simple ouverture d’esprit ?

 

L’objectif principal de ce site est de se poser des questions sur la fiabilité de certains diagnostics médicaux vis-à-vis de certaines expériences délirantes dites « spirituelles », n’oublions pas qu’il faut être un peu fêlé pour laisser passer la Lumière …

De mon point de vue, je ne remets pas en question le diagnostic qui m’a été établi de Paraphrène mais je me demande d'une part si d’autres personnages illustres du passé n’auraient pas aussi mérité un tel diagnostic finalement et d'autre part si finalement la Paraphrénie n'est pas la Source des écrits religieux.

Lorsque l’on est « sur le fil », la frontière est extrêmement mince entre réalité et imaginaire, il est difficile de faire la part des choses, certains éléments sont directement liés, d’autres font parties de « vérités historiques » faisant partie d’un inconscient collectif qui est définitivement ancré dans les mémoires et les esprits mais qui n’a jamais pu être vérifié et prouvé, alors où se situe la vérité, là est la Question ?

Ce qui est sûr, c’est que dans les phases délirantes, tout ce que l’on vit est bien réel et ressenti au premier degré, l’on est persuadé que c’est l’unique vérité possible …

L’idée de ce site est d’ouvrir le dialogue, de réunir d’autres témoignages, de croiser nos expériences et d’essayer d’en tirer des conclusions, du moins pour celles et ceux qui se posent encore des questions, ceci sans forcément remettre totalement en question la médecine mais éventuellement de faire évoluer leurs diagnostics et leurs traitements ainsi que de réfléchir sur les fondations spirituelles de notre passé sur lequel est construit la société d’aujourd’hui. En tout cas, ce que je pense, c'est que certaines expériences n'ont absolument rien de pathologies mentales mais peuvent le devenir quand le sujet est mal orienté.

Il y a un lien concernant la définition précise de la paraphrénie mais pour faire simple, comme m’avait expliqué mon psy en me faisant un dessin sur le coin de son bureau : « Vous avez deux bulles dans le cerveau, l’une concernant le rationnel et l’autre l’imaginaire, vous pouvez vous balader de l’une à l’autre sans problèmes tout en vivant vos voyages intensément et au premier degré en tant qu’acteur principal, en période délirantes les deux bulles se mélangent et vous ne faites plus la part des choses, un peu comme chez le schizophrène où les deux bulles sont en permanence mélangées »

Définition du Dictionnaire Médical

Posté le 20/05/2017

La paraphrénie est une psychose chronique non dissociative responsable d'un état délirant chronique qui se différencie des autres psychoses chroniques (schizophrénie, psychose hallucinatoire chronique, psychose paranoïaque) par la coexistence d'une intense activité délirante limitée à certains domaines de la vie intellectuelle, et une vie par ailleurs normale dans d'autres domaines. Ainsi, le paraphrène agit et pense comme si le délire n'avait pas envahi tous les domaines de sa vie psychique : il existe une bonne adaptation au réel.

La maladie débute habituellement autour de 40 ans, parfois brutalement, mais le plus souvent insidieusement. Il n'existe pas de trouble de la personnalité prémorbide caractéristique.

Le délire paraphrénique

Il est habituellement fondé sur deux composantes majeures : imagination et intuition (le début du délire est marqué par une intuition, qui sera par la suite enrichie par l'imagination délirante. Des hallucinations initiales sont possibles, bien que plus rares : hallucinations auditives le plus souvent). La thématique est volontiers mégalomane, romanesque, de filiation, de grandeur, parfois persécutive ; toujours riche, polymorphe, peu systématisé. Le délire reste cantonné à un secteur de la vie psychique, ce qui permet une vie sociale, professionnelle, affective. Le délire n'est pas partagé et demeure longtemps silencieux aux yeux des proches, qui ne s'alarment que lors des phases florides de la maladie. Le délire n'étant pas systématisé, l'adhésion des proches n'est rarement ou jamais obtenue (à la différence de délires très construits et cohérents, comme le délire paranoïaque) ce qui contribue à l'effet caractéristique de superposition du délire au réel, séparés de façon très étanche. L'adhésion au délire est totale, la participation affective souvent intense.

Évolution de la maladie

La paraphrénie est une maladie chronique qui accompagnera l'individu toute sa vie, marquée par des phases calmes et des phases d'enrichissement avec exacerbation délirante. Cependant, la vie est en général peu atteinte et le handicap social demeure minime, ce qui explique la très faible demande de soins des malades ou de leur entourage. Le faible retentissement de la maladie ne justifie pas, la plupart du temps, de traitement spécifique.

Lire la suite »

Définition Wikipédia

Posté le 20/05/2017

La paraphrénie est un trouble mental caractérisé par un délire paranoïde avec ou sans hallucinations (comme les symptômes positifs de la schizophrénie) sans troubles cognitifs (symptômes négatifs).

Ce trouble se distingue aussi de la schizophrénie par une occurrence moins élevée, moins d'inadaptation prémorbide et une progression plus lente. Ce type de trouble est relativement rare, d'une prévalence estimée entre 2 et 4 % ; les paraphrénies atteignent habituellement les personnes âgées, avec un début entre 30 et 45 ans.

Le terme de « paraphrénie » est popularisé par Karl Ludwig Kahlbaum en 1863, qui décrit les tendances de certains troubles psychiatriques apparaissant lors d'une transition de vie. Le terme a également été utilisé par Emil Kraepelin en 1919.

L'espace et le temps, la réalité sont remaniés, sans souci de cohérence ou de clarté. La note mégalomaniaque est fondamentale dans la dimension cosmique du délire. Elle se perçoit dans les thèmes d'influence (emprise diabolique ou magique à distance) et de persécution. Les thèmes de grandeur sont souvent présents, le sujet s'identifie aux prophètes, aux monarques, à Dieu, aux puissances occultes.

Les principaux symptômes de la paraphrénie incluent les délires paranoïdes et les hallucinations. Les délires ont souvent un thème de persécution, bien qu'ils puissent également être de nature érotique, hypocondriaque ou mégalomaniaque. La majeure partie des hallucinations associées à la paraphrénie sont auditives, avec 75 % des patients rapportant ce type de trouble. Cependant, les hallucinations tactiles, visuelles ou olfactives ne sont pas exclues. La paranoïa et les hallucinations peuvent se mélanger, sous forme de « voix menaçantes ou accusatrices venant du voisinage [et] qui sont fréquemment rapportées par les patients comme dérangeantes et injustes ».

L'imagination morbide est présente dans tous les délires, mais on parle de délire paraphrénique, dans les psychoses non dissociatives, quand le mécanisme imaginatif l'emporte sur tous les autres mécanismes. On ne retrouve pas des symptômes fréquents dans d'autres troubles mentaux proches : aucune détérioration de l'intellect, de la personnalité ou des habitudes n'est rapportée; les patients sont propres, non dépendants et s'orientent correctement, aussi bien dans le temps que dans l'espace.

La paraphrénie est différente de la schizophrénie car même si ces deux maladies mentales se manifestent par des délires et des hallucinations, les patients schizophrènes montrent des changements et une détérioration de la personnalité, tandis que les patients paraphrènes maintiennent une personnalité non-atteinte et des réponses affectives normales.

Le diagnostic de la paraphrénie n'étant pas inclus dans le DSM-IV ou la CIM-10, certaines études reconnaissent cette maladie comme « un diagnostic viable, distinct de la schizophrénie, avec des facteurs organiques qui jouent un rôle significatif chez les patients. » Comme telle, la paraphrénie est considérée comme différente de la schizophrénie et de la démence progressive chez les personnes âgées. Ravindran a listé en 1999 les critères diagnostiques de la paraphrénie, en accord avec la plupart des travaux disponibles à cette date.

Les psychothérapeutes diagnostiquent souvent les patients paraphrènes comme souffrant de psychoses atypiques, de troubles délirants, de psychoses - sans plus de précision, de troubles schizo-affectifs, ou de délires de persécution persistants du sujet âgé.

Lire la suite »